A la gloire de Marie – St Hilaire le 28 mai 2022

En ce mois de Mai, si chargé de fêtes et de célébrations importantes, comment nous est-il possible d’honorer la Vierge Marie, la sainte Mère de Dieu ? En l’honorant par un concert qui célébrera sa gloire.
C’est ainsi qu’est né le projet d’organiser une réunion qui, rassemblant les amis fidèles de l’église St Hilaire, permettrait à chacun de la remercier pour la reconstruction de la chapelle, puis aussi, de prier pour le monde qui ne va pas bien: nous avons donc un urgent besoin de son aide.
Certains sont venus de très loin, qu’ils soient ici remerciés.
Restait à trouver des musiciens, mais assez jeunes et sportifs pour escalader la colline et venir chanter. La Providence, qui fait toujours bien les choses, nous a permis de rassembler le Quatuor Girard et la chorale « Jubilate Deo » de Paris, placée sous la direction de M. Laurent Vauclin.
Les Girard qui poursuivent une brillante carrière dans la musique de chambre, sont heureusement restés attachés à la Provence et nous avons pu rassembler pour cette après-midi exceptionnelle, la brillante fratrie des Girard avec Hugues, Grégoire, Agathe et Lucie.
Le samedi 28 mai, vers quinze heures, on pouvait donc voir musiciens et mélomanes converger vers l’antique chapelle sous un bon mistral. Ils prenaient place ensuite à l’intérieur des murs de la chapelle, autrefois ruinée et abandonnée, aujourd’hui heureusement reconstruite en dix ans par l’association Sauvegarde.
La première partie du concert a fait une large place aux mélodies consacrées à la Sainte Vierge au fil des siècles (ave Maria, Regina Coeli) ainsi que quelques pièces célèbres du répertoire (et exultavit de J.S. Bach, Stabat Mater de Pergolese, Ha ydn). Après un bref entracte, la seconde partie du concert faisait découvrir l’œuvre religieuses de Félix Mendelssohn (1809-1847) avec de très beaux oratorios à quatre voix mixtes, solistes soprano et mezzo. Dirigé avec précision par son chef, Laurent Vauclin, la chorale parisienne a bénéficié de l’accompagnement exceptionnel assuré par le Quatuor Girard qui a interprêté « Mulier ecce Filius », troisième parole du Christ en Croix de Haydn.
Chanter, dit-on, c’est prier deux fois. C’est pour cela que la chorale à deux reprises a invité l’assistance à chanter avec elle, le « Regina Coeli » et le « Je vous salue Marie » qui a conclu le concert.
Le sommet a été atteint avec l’interprétation des oratorios par les deux solistes, Sofià Obregon Ambularach mezzo solo et Madeleine Prunel soprano solo qui ont dévoilé à la satisfaction de tous, la richesse et l’étendue du registre de leurs voix. Ces jeunes femmes sont promises à un bel avenir et on entendra sûrement parler d’elles dans quelques années.
Redescendus dans la plaine après ce beau moment loin des clameurs et de l’agitation du monde, dans tiédeur du jour et l’éclat du soleil couchant, chacun des assistants se réjouissait d’avoir accepté de participer à cette rencontre pour célébrer la gloire de Marie, qui lui avait donné tant d’espérance.
Saint Louis-Marie Grignion de Montfort nous rappelle qu’elle est offerte à tous : « La dévotion à la sainte Vierge affermit une âme dans le bien, elle n’est point changeante, chagrine, scrupuleuse, ni craintive. Le dévot de la Vierge vit de la foi de Jésus et de Marie, non des sentiments du corps. »
Un bon remède pour traverser les épreuves et garder le sourire !