L’héritage d’Epyminia

L’héritage d’ Épyminia
Le printemps était en fleurs,
de roses et de lys,
de fleurs d’argent,
de champs d’iris
près de la chapelle Saint Hilaire.

C’est là que sommeille Épyminia
dans des jardins de vignes
et de lys d’argent,
elle repose en silence
telle une rose blanche
près de la chapelle Saint Hilaire.

Fille des peuples anciens,
des peuples de la mer,
fille des Princes chrétiens
si nobles et si fiers,
son souvenir subsiste encore
sous des soleils d’or
près de la chapelle Saint Hilaire.

Et la nuit, souvent
dans les grands vents du nord,
on entend des chants sacrés,
des chants de tendresse
et l’hymne de la sagesse
près de la chapelle Saint Hilaire.

Ô Épyminia,
gardons mémoire du ciel bleu de notre enfance,
du jardin des îles tissées de lumière,
de la mer Égée et des Princes de France,
qui ont vécu près de la chapelle Saint Hilaire.

Épyminia,
gardons mémoire de l’arc-en-ciel entrevu ce matin
dans le miroir de l’agir céleste et divin,
gardons mémoire du doux royaume de France
et de sa vocation parmi toutes les nations.

Sur les falaises, près de la chapelle Saint Hilaire,
que les reflets lumineux du soleil levant
transfigurent les chemins de l’Europe Chrétienne,
ceux de la Grèce immortelle
et ceux de la Rome éternelle,
des frontières du nord
et de la mer blanche
aux rivages de l’immense océan de France.

Épyminia,
une seule chose existe,
et tu le sais…
Gloire au Christ,
et repose en paix.