« La haut sur la montagne, y’avait un vieux chalet »

Allocution prononcée par Robert Mestelan, Vice-président de l’association lors de la fête du 20 janvier 2013 à Beaumes-de-Venise

Les plus anciens s’en souviennent, c’était la chanson que nous avions appris à l’école, lorsque la France en 1940, après avoir perdu la guerre, avait été envahie et allait être occupée. En ces heures douloureuses, il ne fallait pas se décourager, mais retrousser ses manches et rebâtir.

Dans le dernier couplet, il était dit « que Jean d’un cœur vaillant l’a reconstruit plus beau qu’avant. » C’est un peu cette même et passionnante aventure qu’il nous est donné de vivre à l’association « Sauvegarde de la chapelle Saint-Hilaire », qui l’an dernier vous avait invité sur la colline à une messe en plein air, dite par le Père Marcel Bang, curé de la paroisse. Depuis, un an a passé, un an avec son cortège de joies, de fatigues, d’espérance, de prières et de travaux. Aujourd’hui, l’association, forte de 180 membres peut à juste titre s’enorgueillir des progrès accomplis, grâce à votre générosité et aux efforts de tous. Merci du fond du cœur !

Le pain beni partagé à l’issue de la messe

 

En vous annonçant que le lundi, 28 janvier, les travaux de sécurisation de la voûte vont commencer, vous mesurerez sans peine le chemin parcouru. Ce qu’il y a un an n’était encore qu’un projet, un vœu pieux, est devenu réalité. Je remercie tous les donateurs et plus particulièrement la Caisse du Crédit Agricole qui soutient notre projet et qui va financer la plus grosse partie de la sécurisation de la voûte.

Cette première année de travaux à Saint-Hilaire correspond à l’année de la Foi que notre vénéré Pape Benoît XVI, conscient du tragique glissement de l’humanité vers le paganisme, vient de prescrire. Déjà en 1980, Jean-Paul II avait dénoncé la tentation de l’homme, d’exclure Dieu de sa vie et de s’en faire le seul maître. Depuis, les choses ont empiré, du moins en occident et la sauvegarde de nos églises a pris une importance nouvelle.

En relevant les murs et le toit de cette chapelle, en conservant ce patrimoine hérité de nos ancêtres, Dieu nous offre la possibilité d’affirmer que les chrétiens, de façon concrète, sont les pierres vivantes de Son Eglise et qu’il faut encore compter avec eux.

Le début de ce XXIe siècle est difficile. Après la IIe guerre mondiale, anesthésié par quarante ans de relativisme et de matérialisme, l’homme a été tenté d’exclure Dieu de sa vie et de réaménager la Création, imaginant une meilleure évolution et les combinaisons sociétales les plus insensées.

C’est pour cela que dimanche dernier, découvrant soudain le gouffre qui s’ouvrait sous ses pieds, La France, venant de toutes les régions, est montée à Paris pour manifester son opposition. Ceux qui ne le pouvaient pas, priaient. Nous fûmes ainsi 1,3 millions pour demander pacifiquement, mais résolument au gouvernement de retirer un projet de loi qui attente gravement à l’institution du mariage entre un homme et une femme. Dieu veuille que le bon sens l’emporte !

Derrière ce projet soit disant généreux du « mariage pour tous » offert aux homosexuels, il faut que vous sachiez ce qui se cache : le génie génétique fait en effet partie des technologies innovantes considérées comme un des principaux facteurs de croissance du XXIe siècle. L’enjeu, derrière cette réforme de façade, n’est ni plus ni moins que de transférer la parentalité des géniteurs naturels vers les sociétés de génie génétique qui vont de plus en plus faire office de procréateurs artificiels pour les homosexuels. Une gigantesque affaire d’argent qui guide les réformes et semble les imposer à M. Hollande.

A Paris, comme à Saint-Hilaire, les chrétiens, jouent le rôle de veilleurs, en alertant l’opinion, car ils ont mission de défendre la vie et la famille, c’est sacré. Affirmons sans peur notre foi en Dieu et notre civilisation basée sur la famille continuera à assurer le plein épanouissement de ses enfants.

En ces temps difficiles, remercions la Providence de nous donner saint Hilaire comme compagnon de route. En son temps, il s’est battu contre l’hérésie arienne, il n’a jamais abandonné et il est resté debout.

Avec saint Hilaire, bonne année à tous et faisons nôtre sa belle prière :

« Donnez nous, Seigneur, le vrai sens des mots, la lumière de l’intelligence et la foi en la vérité, afin que ce que nous croyons, nous sachions le dire aux hommes. »