L’état de conservation

Compte tenu des quinze siècles d’existence qui caractérisent son âge, nous pouvons dire que la chapelle Saint-Hilaire a très bien résisté, en dépit de l’érosion et de son abandon total pendant très longtemps.

Abside et transept nord en 2012

Les relevés effectués sur place, plans, coupes côtés, façades ainsi que de nombreuses photos, attestent de son état actuel, somme toute peu abîmé au regard de son grand âge.

La nef a une longueur int. de 15 m, une largeur de 4, 8 m et une hauteur moyenne de 6 m, l’épaisseur des murs est de 1 m.

La solidité et la verticalité des murs en pierre apparentes sont encore dans un état remarquable de conservation.

Le transept dans sa partie nord est parfaitement sain avec sa voûte, car il s’adosse au rocher. Par contre, dans sa partie sud, le sol étant d’un niveau plus bas, il est possible que les fondations aient bougé. La voûte de ce côté est fissurée dans son axe. En conséquence, l’angle sud-est est en déclivité.

L’abside conserve une partie saine à partir du transept nord jusqu’à 2, 5 m, le restant de l’ouvrage est en ruine jusqu’au transept sud.

Le toit voûté de cette partie est effondré en totalité.

La voûte principale abritant le transept est en état de ruine avancée, le restant n’est pas récupérable, car la clé de voûte s’est affaissée. Seule une petite proportion subsiste, mais en mauvais état. Son poids ainsi que l’érosion aggrave les désordres du pied droit dans l’angle sud-est déjà fragilisé.

Les désordres les plus importants se situent précisément à cet endroit, le plus déshérité. Le sous-sol, où les fondations s’appuient, a dû bouger. De plus, le manque d’entretien et son abandon par la suite, ont poursuivi le travail de sape.